NDDL : non à l’aéroport… et à son monde

Après les mobilisations de janvier et la grandiose mobilisation du 27 février il a tout de même fallu reprendre haleine. Pause bien fugace toutefois, la lutte ne faiblit pas, la répression non plus. Le 4 mai prochain aura lieu le procès en appel de Grégoire.

La date fatidique du 26 mars est donc arrivée, les « historiques » qui avaient été condamnés à l’expulsion en janvier sont devenus illégaux, comme tout le monde sur la ZAD. Tous illégaux ? Pas tout à fait puisque, auparavant, la famille Herbin au Limimbout et le collectif de la Noé Verte avaient obtenu des juges un « sursis », jusqu’à novembre 2016 pour les premiers et mai 2017 pour les seconds. Sursis bienvenu, mais allez comprendre ! L’huissier de justice est donc passé le 29 mars d’abord porter le procès-verbal d’expulsion et le lendemain le procès-verbal de tentative d’expulsion avant de finir sa tâche en allant voir le Préfet pour requérir la Force Publique en vue de procéder à une expulsion par la force puisqu’ils refusent de partir ! Les voila devenus « hors la loi » comme dit Sylvie en riant un tout petit peu jaune malgré sa détermination à rester.

Un referendum transformé en consultation très locale et beaucoup de confusion

Ce referendum annoncé par le Président de la République le 11 février pour sortir de l’impasse Notre-Dame-des-Landes, juridiquement incompatible avec le droit français, est devenu consultation locale. Mais même pour une consultation, il était nécessaire d’élaborer un projet d’ordonnance pour la rendre légale si possible et en définir les conditions d’organisation même si cela s’avère plus compliqué que prévu. Dans un premier temps cette ordonnance présentée devant le Conseil National de la Transition Ecologique le 23 mars a essuyé un rejet unanime tant par les représentants du Medef, de la FNSEA, de syndicats de salariés, d’élus locaux et nationaux, que par ceux des associations et ONG environnementales (1).

L’ordonnance a donc été retoquée, est passée devant le Conseil d’Etat, a été présentée en conseil des ministres le 20 avril. Sans surprises, les « ajustements » ont permis de confirmer la tenue de la consultation et d’en préciser l’organisation. Elle est prévue pour le 26 juin, sera limitée à la Loire-Atlantique, la question serait : Souhaitez-vous le transfert de l’aéroport vers Notre-Dame-des-Landes ?

Aux questions juridiques s’ajoutent de nombreuses questions sur le sens même de cette consultation locale (périmètre restreint à un département) sur un projet national, déjà autorisé, pour lequel des recours juridiques n’ont pas fini d’être jugés en France et devant la commission européenne. «Referendum-consultation», vrai enfumage. Il s’agit pour le gouvernement de tenter de re-légitimer un mauvais projet dont il n’est plus possible d’ignorer les « irrégularités ».

Une alternative enfin reconnue

Mais ce tohu-bohu ne doit pas escamoter des points importants du rapport commandé par Ségolène Royal (2). La nouveauté, c’est qu’il présente officiellement deux options possibles : moderniser Nantes-Atlantique ou revoir à la baisse le projet Notre-Dame-des-Landes surdimensionné. La possibilité d’une alternative – la modernisation de Nantes-Atlantique – est enfin admise et la procédure Eviter Réduire Compenser relative à la loi sur l’eau et aux espèces protégées bénéficie ainsi d’un nouvel éclairage.

Les ingénieurs rapporteurs relèvent une faille sérieuse du projet : « Le débat public de 2003, l’enquête publique de 2007 et le jugement  du conseil d’Etat qui a suivi, ont été fondés sur un argument d’autorité qui consistait à dire qu’il fallait deux pistes à partir de 5 millions de voyageurs. » Ce postulat est faux : « Le projet de nouvel aéroport de Notre-Dame-des-Landes apparaît surdimensionné. Une redéfinition du projet avec une seule piste de 2 900 m de long et 45 m de large répondrait aux besoins au-delà de 9 millions de passagers » (2). Dans ces conditions la déclaration d’utilité publique (DUP) devrait normalement tomber, Ségolène Royal a d’ailleurs évoqué la nécessité d’une nouvelle DUP.

Ce rapport vient encore compliquer la donne et la consultation, loin de remplir sa fonction d’apaisement, provoque beaucoup d’agitation. Le transfert, quel transfert ? Maintien ou non d’une piste pour Airbus à Nantes-Atlantique ? De quel aéroport à NDDL parle-t-on ? A une piste, à deux pistes ? Le conseil régional des Pays de Loire exige que le referendum porte sur un projet à deux pistes contrairement aux déclarations de Ségolène Royal s’appuyant sur le rapport qu’elle avait commandé.

Voter, ne pas voter ?

Ce n’est pas pour rien que le périmètre de la consultation a été limité à la Loire-Atlantique. Les sondages font apparaître que c’est dans ce département que le oui a le plus de chances de l’emporter.

Quelle information sera donnée à la population sur un dossier aussi complexe. ? Quelle garantie peut-on attendre alors que la plus grande opacité a été la règle du coté des porteurs de projet ? Comme si des incantations comme celle du Président de la République pouvaient suffire à rétablir la confiance ? « La transparence est la première condition de la démocratie participative » (3). Il en faudrait bien davantage après l’accumulation de manipulations, mensonges, cachoteries (DGAC, préfecture, porteurs de projets, etc.) (4).

Quel sens donner à ce referendum proposé par des responsables politiques hors-sol, incohérents, oublieux des engagements de la COP 21 ?

Récemment les syndicats CGT du groupe Vinci ont pris position très clairement contre le transfert de l’aéroport à NDDL : Nous ne sommes pas des mercenaires ! Abandon du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes et des opérations de criminalisation du mouvement social. Fin 2014 déjà, un collectif des opposants CGT à l’aéroport NDDL avait été créé (5).

Chez les opposants il n’y a pas de position unanime face à la consultation publique. Peu importe, l’important n’est pas là. « L’annonce de la consultation ne change rien, ni à la légitimité de notre combat, ni à notre détermination à obtenir l’abandon définitif du projet de Notre Dame des Landes » ont-ils affirmé dans un communiqué de presse du 8 avril (6). Par ailleurs il est déjà envisagé d’attaquer la consultation en justice.

Pendant ce temps sur la ZAD et tout autour la vie continue

C’est l’époque où l’on voit les agneaux gambader dans les prairies. Les vaches sont à l’herbe. De nouvelles mises en cultures sont en route. Les chantiers en cours vont bon train, de nouveaux projets s’élaborent un peu partout sans oublier de faire une place aux fest-noz et autres festivités.

A la table d’hôte de la Black Plouc Kitchen, on partage des repas grâce à ce qui est produit sur la ZAD par les « ultra-violents ». On discute longuement entre personnes d’horizons extrêmement divers, de Nuit debout notamment. Le « peuple de boue » ne peut évidemment que se réjouir du mouvement en cours. Certains se sont rendus Place de la République porter témoignages et questionnements. D’autres participent aux Nuits Debout place du Bouffay à Nantes.

Les Naturalistes en lutte continuent leurs relevés mensuels sur la ZAD. Ils envisagent même après l’abandon du projet de pousser plus loin ce travail exceptionnel et totalement inédit. Ils ont évidemment analysé de près le rapport des inspecteurs missionnés par Ségolène Royal et pointé ses lacunes sur la question écologique (7). Ils considèrent aussi que s’opposer au principe de la compensation est un enjeu fondamental. La compensation quelle que soit sa qualité, grâce à des exemples de plus de 10 ans de recul, on sait que ça ne marche pas. Mais au-delà de NDDL, nous devons tous la refuser parce que c’est un piège qui débouche sur un véritable droit à détruire.

Concernant les soirées d’information et de débats avec la population, point de repos, en ces temps de consultation publique – sensée ou insensée. Elles prennent même parfois des formes nouvelles en expérimentant par exemple les conférences gesticulées avec brio. Sur le fond on affute les argumentaires particulièrement sur la question des emplois. Coté mouvement d’occupation il y a aussi les « info-tours ». C’est la réponse qu’avaient imaginé certains occupants de la ZAD, à la propagande des pro-aéroport s’acharnant à faire passer les squatteurs pour des ultra-violents. Ce sont des soirées d’information-débat cherchant à faire découvrir la vie sur la ZAD à un public aussi large que possible et à en présenter les aspects positifs au moyen de vidéos, de témoignages, de débats.

Quand au grand rassemblement d’été il est déjà en préparation, il aura lieu les 9 et 10 juillet à Montjean, au nord de la Noé Verte, sur la commune de Grandchamp-des-Fontaines, il accueillera l’Altertour comme déjà en 2009.

Pour une autre approche sur les Grands Projets Inutiles Imposés, sur Notre Dame des Landes, sur la façon dont se prennent les décisions publiques, sur la démocratie etc. :

– Un film : L’intérêt général et moi de Julien Milanesi et Sophie Metrich.

– Bientôt une pièce de théâtre qui sera accompagnée de soirées-débats : Les Tritons prendront l’avion, de Patrick Grégoire.

                                                   Catherine Camaret                           22 avril 2016

              1. L’illégalité du projet d’ordonnance pour le référendum de Notre-Dame-des-Landes ne fait aucun doute » :

http://www.actu-environnement.com/ae/news/ordonnance-nddl-referendum-local-illegalite-appel-juristes-droit-environnement-26452.php4

  1. Etude sur les alternatives pour le développement aéroportuaire du Grand Ouest : http://www.cgedd.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/010459-01_rapport_cle28d63c.pdf
  2. François Hollande, discours du 27 novembre 2014, après la mort de Rémi Fraisse, au sujet du débat public sur les grands projets d’infrastructures.
  3. – Communiqué de presse du CéDPa : La transparence c’est pour quand ? :

https://www.acipa-ndl.fr/actualites/communiques-de-presse/item/640-notre-dame-des-landes-la-transparence-c-est-pour-quand

– https://www.acipa-ndl.fr/actualites/lettres-ouvertes-tribunes/item/609-maintenant-nous-accusons

– Sans oublier la démonstration bien documentée de François Verchère : Notre Dame des Landes : la fabrication d’un mensonge d’État, éditions Tim Buctu, accessible aussi en ligne : http://etatsetempiresdelalune.blogspot.fr/2016/01/un-document-evenement-sur-notre-dame.html

  1. – http://construction.cgt.fr/actualites/declaration-des-syndicats-cgt-de-vinci-reclamant-labandon-du-projet-de-laeroport-a-notre-dame-de-landes-et-larret-de-la-criminalisation-du-mouvement-social/

– http://collectif-cgt-nddl-non.blogspot.fr/

  1. https://www.acipa-ndl.fr/actualites/communiques-de-presse/item/649-le-mouvement-de-lutte-de-notre-dame-des-landes-face-au-referendum
  2. https://naturalistesenlutte.wordpress.com/2016/04/08/projet-daeroport-les-etonnants-oublis-du-rapport-des-experts-sur-la-question-ecologique/

Avis à la population

Pour remercier comme il se doit ceux qui prennent le risque et nous font l’insigne honneur de nous embaucher, parfois, pour travailler durement pour eux …

                                            une seule adresse localement :

                       le cinéma « Le Club », le vendredi 8 avril à 20h30

                                                    « MERCI PATRON »

                                                                                                            de François Ruffin

(séance organisée avec le concours de la section Attac de l’A.L.Barbezieux)