Théâtre – débat :  » Made in China » 22 septembre

Vendredi 22 septembre 2017  Barbezieux
20 heures 30  Salle de théâtre du Château

image affichemadeinchina
Représentation de la  Comédie Dramatique de Thierry Debroux
par « Le Théâtre Entr’ouvert » :

Suite au Rachat de leur entreprise par un groupe chinois, trois cadres français sont coachés durant une semaine par une jeune  » manager « . Elle est chargée d’évaluer leurs capacités d’adaptation à un environnement nouveau.
L’un des trois sera choisi afin d’aller former des cadres chinois pour la création d’une filiale à Shanghai.

Débat sur les sujets abordés dans la pièce : effets de la mondialisation, «new-management», exercice du pouvoir dans l’entreprise, aliénation, souffrance au travail…

Prix des places : 6 et 3 euros
Soirée organisée par le groupe Attac16 Barbezieux

Que penser du compteur Linky ?

Quelques notes prises lors de la conférence «  Linky » 

donnée par  Stéphane Lhomme le 11 mars 2017 à La Couronne

« Il est important de constituer un collectif  « Stop Linky » car le problème n’est pas individuel mais collectif »

2 sites sont à consulter pour informations complémentaires : http://refus.linky.gazpar.free.fr     et     http://stoplinky.free.fr 

Ils comportent, entre autres, une lettre de refus d’installation d’un compteur communicant ainsi que l’adresse d’un cabinet d’avocats Artémisia, chargé d’aider les municipalités qui s’opposent à cette installation. Actuellement, 344 communes ont refusé l’installation de ce compteur dont Caen, Aix, Bondy, Fontenay…

  • Les communes sont propriétaires des compteurs, même s’il y a une délégation, et elles peuvent refuser l’installation sur la commune. Un article du journal La Tribune informe qu’au niveau européen ils sont recommandés mais non obligatoires. C’est ainsi que l’Allemagne a refusé la pose individuelle, sauf pour les grands consommateurs car une étude a montré que ce n’était pas nécessaire.
  • L’obligation en cas de refus d’être présent lors du relevé est injustifiée : on peut communiquer par téléphone le relevé qui sera alors vérifié une fois l’an, ainsi que cela est possible dans le « relevé confiance »

Le prétexte d’une économie sur la facture d’énergie, vraie sur les 2 ou 3 premiers mois, dus essentiellement à une meilleure attention individuelle sur la façon de consommer, est de l’ordre de 1%, ce qui est assez ridicule par rapport à des campagnes d’économie d’énergie bien ciblées.

La dépense d’une telle installation généralisée est de l’ordre de 5 milliards, peut-être plus, et il est illusoire de croire que ce ne sera pas le consommateur qui la paiera. Cette dépense serait bien mieux utilisée pour des améliorations du réseau ou l’enterrement de lignes sensibles. Le retour sur investissement de cette opération se fera par une augmentation des abonnements ou dans le cas de disjonctions fréquentes par une proposition d’un autre contrat plus cher et « mieux ciblé », ainsi que par une augmentation des factures car il y a une sous- estimation de la consommation réelle due au fait que les anciens compteurs ne prennent pas en compte « l’énergie réactive » de l’ordre de 15%

  • Il est exact qu’ils permettent d’éviter la fraude, plus aisée sur les anciens compteurs, mais le piratage de ces nouveaux appareils par des hackers est au contraire tout à fait envisageable.
  • Il est vrai également que la construction de tels appareils, ainsi que leurs renouvellements génèrent de l’emploi, même si la suppression du travail de relevé des compteurs en supprime certains autres.

POURQUOI   LINKY ? : Il s’agit de la création d’un système évolutif capable de générer de très importants flux de données résultant de l’exploitation de toutes les possibilités de ce compteur, auquel peut s’adjoindre un émetteur Radio Linky servant à relier les objets connectés de la maison, incitant au développement de la domotique : c’est le doigt dans l’engrenage du « Big Data ». Enedis est un opérateur « Big Data » qui gèrera 35 millions de capteurs.

C’est un désastre écologique et financier, par l’installation en 4 ou 5 ans de 35 millions de compteurs d’une durée de vie de 5 à 7 ans au lieu de 20 à 30 ans pour les anciens. De plus ce compteur intervient dans une chaîne évolutive, on est déjà passé du CPL G1 au CPL G3, et, avec la rapidité des évolutions informatiques, on peut penser que ces appareils sont appelés à se renouveler constamment.

  • Ces appareils ne sont pas exempts d’anomalies particulièrement dangereuses : des exemples de mises à feu, y compris dans des logements, des allumages et des interruptions intempestifs concernant lampes, volets roulants…
  • Des gênes dues au courant porteur en ligne utilisé par cet appareil, sans oublier la controverse scientifique quant aux risques dus aux émissions d’ondes, l’O M S ayant classé comme cancérigène probable celles électromagnétiques faibles mais permanentes. Par ailleurs la nécessité de regrouper les informations d’un quartier nécessite la pose d’antennes relais qui concentrent les émissions en certains lieux.
  • Enfin l’entreprise installant ces compteurs est en relation avec des entreprises informatiques comme Sigfox , opérateur telecom français de l’internet des objets, avec à sa tête Anne Lauvergeon, bien connue dans certains milieux.

Ce compteur communicant est le début de la mise en place de semblables appareils concernant le gaz, qui, lui, appartient au distributeur, puis celui concernant l’eau.

Concluons en notant que chacun a le droit de refuser, sans possibilité d’ennuis, si le compteur est à l’intérieur du logement ou de la propriété ; certains ont même utilisé la possibilité de le faire enlever lorsqu’il a été installé en l’absence du propriétaire.

Comme le dit Stéphane Lhomme :

« Nous étions des usagers, nous voilà clients et fournisseur de données ».